cinéma

Star Wars : les derniers Jedi

4c6511c043b5b53061554ef97982a896cd731a26
Après avoir vu Han Solo mourir des mains de son fils, Rey a retrouvé la trace de Luke Skywalker et entend bien le convaincre de rejoindre le combat contre le Premier Ordre pour tenter de redonner de l'espoir à une résistance acculée.

Après J.J. Abrams, sa caméra épileptique et son scénario fainéant, Disney a confié les commandes de ce nouvel épisode de la saga (et celles d'une prochaine trilogie) à Rian Johnson. Si visuellement le spectateur gagne au change, côté scénario, la soupe reste toujours aussi mauvaise. Convoquant les figures tutélaires d'un univers dont Disney entend tirer le maximum de rentabilité, cette suite d'une trilogie construite sans vue globale, continue d'opérer un grand remplacement parmi les personnages, cherchant à faire émerger (au forceps) de nouveaux visages. Le récit, mené tambour battant au fil de deux heures trente éreintantes, se prend les pieds dans le tapis aux mêmes endroits que son prédécesseur. Si l'emprunt à la trilogie originale est moins transparent, l'épisode VIII se contente pourtant de décalquer l'Empire contre attaque, ses rebelles acculés dans des bases cernées, leur recherche d'aide sur une planète proche, la trahison d'un des leurs, la formation d'un apprenti jedi... Au milieu de tout cela, un humour plus maladroit qu'efficace tente de contenter tout le monde. C'est bien là l'éternel problème d'une saga qui, en cherchant à contenter le fan de la première heure comme les enfants, s'interdit de vraies audaces narratives et visuelles. Disney n'a beau rien avoir à dire de plus sur la famille Skywalker, le film brasse les éternels ingrédients de conflit, de trahison, de choix, d'espoir et de défi à relever. Devant la caméra, la jeune génération se révèle fade, parvenant difficilement à créer une mpathie avec des personnages monolithiques. Un film moins emphatique et shakespearien mais plus audacieux et iconoclaste (sur un personnage comme celui de l'excellent Benicio Del Toro par exemple, pépite inattendue d'un long métrage pétri de conventions à respecter comme de surenchère visuelle), aurait pourtant une saveur nettement plus originale. Il reste du chemin à faire...

Publié le 13/12/2017

Deuxième épisode de la saga Disney, Les derniers Jedi ne montre guère plus d'originalité que son prédécesseur. Rian Johnson s'y entend toutefois pour faire naître de belles images, sans accepter pour autant de s'affranchir du récit originel.

 

Film américain de Rian Johnson

 

Avec Mark Hamill, Carrie Fisher, Frank Oz, Daisy Ridley, Oscar Isaac, John Boyega, Gwendolyn Christie, Laura Dern.