cinéma

Les chatouilles

93c5f461aa1648f10afd6b36205268e209d56fe4
Odette a huit ans, elle aime la danse et le dessin. Un après-midi, un ami de la famille lui propose de jouer « aux chatouilles ». Devenue adulte, habitée par une colère sourde, Odette peine à libérer sa parole, elle la danse et la vit pour l'exprimer, jusqu'à parvenir à la faire sortir.

Odette, c'est André Bescond, qui ayant déjà exorcisé son histoire sur scène (en 2014), souhaitait la porter à l'écran. D'un one woman show dansé intense, elle tire, avec Eric Metayer une magistrale leçon de vie autant que de cinéma. Loin de s'enfermer dans les codes de la chronique intime ou du drame, Les chatouilles déploie une inventivité narrative et visuelle des plus rafraîchissantes, imbriquant souvenirs relatés, joués et vécus avec une maestria qui n'endort jamais ce portrait âpre et le pousse au contraire dans un rythme et une énergie bouleversants. Toujours, dans le sillage d'une Odette adulte, le film rebondit, échappe sans cesse au sillon qu'on croit le voir creuser, surprend son spectateur en osant des libertés stylistiques et narratives et embarque dans un tourbillon qui figure parfaitement le tourment intérieur de son personnage. Evidemment, Andréa Bescond incarne avec une belle force ce parcours chaotique auquel elle insuffle une fougue et une fureur de vivre très en phase avec la narration. Dans ses pas, tout aussi impeccable, le reste du casting est au diapason d'un récit qui passe du personnel à l'universel pour constituer surtout un outil, une ouverture, une mise en garde et un témoignage destiné à faire bouger les lignes. Embrassant totalement son sujet compliqué, le film réussit une alchimie rare, celle qui voit un formidable film de cinéma constituer également un document précieux. Dans la liberté qui a été la leur pour faire naître ce long-métrage, Metayer et Bescond inventent ensemble un cinéma incroyablement moderne, intime et généreux qui ne prend pas son spectateur pour un imbécile mais croit en son intelligence autant qu'en son cœur.

Un cinéma « qui mord et qui pique » autant qu'il frappe et bouleverse, le pari risqué est réussi tant, derrière Odette, l'oeuvre aborde aussi la façon dont la famille, la société ou les proches sont touchés par un tel événement. Sans occulter la dureté de certaines réactions, la froideur de la mécanique judiciaire ou des réflexes sociaux, Andréa Bescond, via ce récit cathartique, livre aussi un parcours plein d'une force vitale irrésistible. A voir, à partager, à montrer, à digérer, à transmettre.

Publié le 14/11/2018 Auteur : Guillaume B.

Après la scène, Andréa Bescond transpose son histoire au cinéma. Un récit terriblement âpre mais plein de vie qui nourrit une véritable démarche de cinéma. Une perle intense qui constitue probablement la manière la plus réussie de parler et faire parler sur le sujet délicat de la pédophilie.

Film français de Andréa Bescond et Eric Métayer avec Andréa Bescond, Karin Viard, Clovis Cornillac, Pierre Deladonchamps, Carole Franck, Grégory Montel, Cyrille Mairesse.

Durée : 1h43.


Mots clés : Drame familial drame