concerts

Voyou

041e568422c0d398d394aa0f51d779dba4f2397e
Fils de trompettiste, Voyou a toujours baigné dans la musique. Il donne a chacune de ses chansons le style qui accompagne le mieux l'histoire. Ce conteur nous parle d'amour, d'amitié, d'enfance... et aborde toutes les questions liées à sa génération. Simple, poétique et malicieux... Voyou porte un regard honnête sur son époque.

 

  • Qu'est ce qui vous a donné l'envie de vous lancer dans la musique ?

Mon père est trompettiste et ma mère écoutait énormément de musique du coup j'ai commencé très petit. En fait, je ne me suis jamais posé la question, l'envie est venue de manière très naturelle. J'ai d'abord voulu faire partie d'un groupe et ensuite, j'ai voulu que ça soit mon métier.

 

  • Quels sont les sujets qui vous inspirent lorsque vous composez ?

Le comportement humain, les questionnements des gens de ma génération, mon époque... Et après comme tous les artistes : l'amour et l'amitié. Il y a aussi beaucoup de l'enfance et de l'ennuie et de ce que l'ennuie provoque chez les personnes dans mes morceaux.

 

  • Comment définiriez vous votre style ?

Je ne sais pas trop, c'est une question difficile parce que justement j'essaie de ne pas trop me cantonner à un style de musique spécifique. J'essaie de donner à chaque chanson le style qui accompagne le mieux l'histoire. Je dirai que je suis dans le gros panier de la nouvelle scène pop française.

 

  • Pourquoi voyou ?

J'ai pas vraiment d'explication. J'ai choisi ce nom là bien avant de me dire que j'allais en faire un projet musical. C’était, à la base un nom pour pouvoir ouvrir une page SoundCloud afin d'y mettre mes démos. Au final je l'ai gardé parce qu'il me rassurait et que je l'aimais bien aussi quand même.

 

  • Comment et en combien de temps avez-vous composez votre album ?

Il a été composé sur deux/ trois ans, dans pleins de décors différents, un petit peu chez moi et beaucoup sur la route, lors de mes déplacements, de mes tournées, de mes voyages... C'est un album de balades, d'histoires.

 

  • Pourquoi avoir fait une collab avec Yelle ?

Ça s'est fait super naturellement ! Je me suis retrouvé à aller travailler en Bretagne quelques jours avec elle et DJ Grand Marnier pour un de leur morceau, et cela m'a un peu inspiré pour une de mes chansons que je leur ai envoyé. Là dessus, Yelle m'a proposé d'y poser sa voix et l'idée m'a complètement séduite. C'est arrivé comme ça, une bonne surprise !

 

  • Plutôt scène ou plutôt studio ?

En fait ça dépend. Cet album c'était ma première fois en studio parce que j'enregistrais tout sur mon ordinateur. En tout cas cette expérience m'a énormément plue ! Ceci dit, mon métier avant tout c'est la scène et j'ai un rapport très particulier avec elle, c'est quelque chose que je maîtrise. Je n'ai pas de préférence, ces deux moments sont hypers différents, c'est comme deux boulots distincts et c'est ça qui est intéressant.

 

  • Quelles sont vos influences ?

Elles sont très très variées. Je consomme énormément de musique de pleins de pays, de pleins de périodes, de pleins de styles donc je n'ai pas forcément d'influences premières, je n'ai jamais été fan d'un artiste plus que d'un autre. Mais, j'ai besoin de tout le temps écouter de la musique et de découvrir des nouveaux sons ou des vieilleries oubliées, Je suis en perpétuelle recherche de musique.

 

  • Ok, mais si vous deviez choisir un seul artiste (mort ou vif) pour faire un feat, ce serait qui ?

C'est hyper compliqué comme question ! Je pense que pour une collaboration soit possible il faut qu'il y ait un vrai truc humain qui se passe donc j'aurai peur d'être déçu... Bon, si il faut vraiment choisir, et bien je dirai Miles Davis parce qu'il m'a accompagné depuis que je suis tout petit. Mais je suis sûr que ce serait affreux de travailler avec cette personne parce qu'il avait quand même la réputation tenace d'être horrible, d'être un ignoble personnage.

 

  • Pourquoi prendre le rôle d'un conteur d'histoire ?

Je l'ai pas vraiment choisi. Disons que j'essaie de faire ce que je sais faire. Je trouve que la musique d'aujourd'hui est vachement autocentrée, les paroles des artistes sont très portées sur eux même, ce que je comprends mais perso j'ai un problème avec le fait de parler trop de moi. Raconter des histoires me permet de ne pas tout le temps raconter la même chose et de pouvoir avoir des points de vues différents sur le monde. C'est un moyen que j'aime bien utiliser pour divertir, faire passer des messages ou pour parler de certaines choses, comme l'actualité ou la politique sans que ce soit visible à la première lecture. Aussi, je trouve que les gens sont plus attentifs aux paroles quand on leur raconte une histoire, une fable...

 

  • Qu'est-ce qu'on peut vous souhaiter pour la suite ?

Un belle tournée et des belles rencontres ce serait pas mal !

 

 

Publié le 16/04/2019 Auteur : Laura Fortes


Mots clés :