4872ff2abc2eb0708ac110d8286e626888168b12
7827f5120e8b4d14a082c627525b34813da8437a
A7c8f1eb3a6bf432bd937b5435d3b2c46fe89bce
74b0f06cf2306d624788ae8ea69811177a39c035
Fermer
théâtre

Drag You

Norah n’a plus de nouvelles de son mari depuis plusieurs jours. Normal : le corps de ce dernier, victime d’une crise cardiaque, vient d’être retrouvé par la police dans une chambre d’hôtel, raide et complètement nu. La veuve amère, qui ne sait plus trop où elle en est, appelle à la rescousse un ancien camarade de son défunt conjoint.

Tel est le point de départ de cette pièce mise en scène par Cécile Backès et écrite par la très inventive Magali Mougel. Mais, entre son point de départ et son point d’arrivée, la pièce nagera entre les eaux du genre, tourbillonnera autour des « schémas de domination » de la figure masculine et bondira sur la crête des identités contemporaines - puisque Norah, pour mieux saisir les agissements de son homme et mettre des mots sur ses curieuses combines, décidera de se glisser dans sa peau en changeant (eh oui) de sexe, au risque de découvrir en elle une singularité qu’elle était loin de pouvoir soupçonner...

Oscillant, donc, entre le féminin et le masculin, mais aussi entre le théâtre et la chanson, revisitant le mythe d’Orphée et l’oeuvre de Marguerite Duras, piochant dans les livres d’Heiner Müller et les écrits de Guillaume Dustan, Drag You composera, avec toute cette matière hétéroclite, une « fantaisie » (comme on appelle, en musique, la forme qui s’oppose à celle, très stricte, de la sonate) qui pourrait bien être le chant du cygne du mâle occidental...

Publié le 29/11/2021


Mots clés :